Peinture d'évangile

Catherine Axelrad

Peindre pour voir

Psaume 8
Le peintre, disait Jean Dubuffet, « n’a de bonne raison qu’à peindre ce qu’il ne voit pas mais qu’il aspire à voir. » Mon travail relève de l’art brut, en une recherche personnelle que j’identifie à celle de l’aveugle de Jéricho : « Rabbouni, que je voie ! » Dans les grandes compositions graphiques réalisées par collages et agrandissements se mêlent des références chrétiennes d’époques et de styles divers. Les compositions sont imprimées à l’encre noire, sur des toiles que je peins de vernis acryliques pigmentés.
Les photographies qu’il m’arrive d’y incorporer manifestent mon questionnement sur le sens de la notion d’incarnation aujourd’hui.

C.A.